Catalogueur désespéré, catalogueur inspiré (Life after MARC?)

Pour faire profiter les non abonnés à la liste de diffusion [BIBFRAME] des facéties de nos collègues américains, je diffuse ici le tout récent « Life after MARC? ». Et pour les non-francophones, j’ajoute une traduction maison des paroles.

BIBFRAME n’est pas (encore?) au coeur des préoccupations dans nos services de catalogage, mais ce n’est rien de dire que ça ne fait pas l’unanimité outre-Atlantique !

Lire la suite

Oral de culture gé (bibliothécaire interne)

Thumbs up / Sara Reid (CC BY), via Flickr

Thumbs up / Sara Reid (CC BY), via Flickr

En mai dernier, me voici donc admissible pour la seconde fois à l’oral du concours de bibliothécaire en interne.
Après avoir sué sang et eau pour renvoyer dans les temps mon dossier RAEP en 5 exemplaires (n’attendez pas les résultats de l’écrit pour vous y mettre, c’est trèèèèès long!), je reçois ma convocation pour les deux épreuves. Le même jour, avec culture gé le matin et motivation pro l’après-midi. La même configuration que deux ans plus tôt.

Accès direct au sujet et aux questions : c’est par ici !

Lire la suite

Étude de cas : coulisses d’une épreuve

Entrez sans sonner, par Michele M.F. (CC BY-SA), via Flickr

Entrez sans sonner, par Michele M.F. (CC BY-SA), via Flickr

En février dernier, je planchais sur l’épreuve unique d’admissibilité au concours de bibliothécaire d’État en interne, à savoir l’étude de cas. J’ai raconté l’épreuve à chaud dans un premier billet, Concours bibliothécaire interne 2015 : jamais 2 sans 3.
Impossible d’entrer dans les détails à ce moment, je ne pouvais pas prendre le risque qu’un correcteur tombe sur mon blog et puisse identifier ma copie (une chance sur xxxxxxx, mais bon…).

Voici un second billet à J+4 mois, maintenant que je sais que mon devoir m’a non seulement permis d’être admissible, mais m’avait même assuré pas mal de points d’avance.
Je propose ici de partager ma manière d’aborder l’épreuve et d’entrer dans l’intimité du concours à mes côtés. Lire la suite

RIMMFons gaiement

By Razvan Orendovici from United States (Pattee Library Catalogs) [CC BY 2.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/2.0)], via Wikimedia Commons

By Razvan Orendovici from United States (Pattee Library Catalogs) [CC BY 2.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/2.0)%5D, via Wikimedia Commons

Le RIMMF est top tendance outre-Atlantique et le devient outre-Manche. Mais qu’est-ce que c’est donc que ce truc?
RIMMF veut dire « RDA in Many Metadata Formats », ce que je traduirais par « RDA dans de multiples formats de métadonnées ».
Le RIMMF est en fait une application qui permet de s’entraîner au catalogage en RDA, et donc à la manipulation du modèle FRBR, sans être assujetti au format MARC. Cerise sur le gâteau, il permet une visualisation de ces données de catalogage dans un contexte web de données. Autrement dit, avec le RIMMF on va créer des données ET chercher à les intégrer dans un environnement Web plus large.

Si on en croit de nombreux retours de stagiaires, les formations dispensées en France dans le cadre du groupe national pour la transition bibliographique sont souvent jugées trop théoriques. Il faudrait pouvoir pratiquer pour comprendre.
Devrions-nous RIMMFer nous aussi ?

J’ai voulu tester l’outil pour voir s’il valait le coup de s’y intéresser plus sérieusement et si nous pourrions nous en servir dans le cadre d’ateliers en France, avec l’idée que ça pourrait être utile pour bien comprendre le modèle FRBR, la structure du code de catalogage RDA, et le lien avec le web de données.
Même si, rappelons-le, nous avons préféré en France une transition bibliographique douce à un changement radical pour RDA.

Au sommaire :

  1. Eléments de vocabulaire pour comprendre le RIMMF
  2. De quoi a-t-on besoin pour RIMMFer aujourd’hui ?
  3. Test rapide
  4. Utiliser le RIMMF en France ?
    1. Peut-on dupliquer le RIMMF pour en faire une version française ?
    2. Peut-on utiliser le RIMMF si on n’a pas accès au RDA Toolkit ?
    3. Organiser un French Jane-athon ?
  5. Conclusion
  6. Sources

Lire la suite

Chicago et la bibliothécaire « intégrée »

Chicago vue du ciel, par E. Liard (CC BY)

Chicago vue du ciel

Aventurière de l’extrême, je me suis rendue en mai 2013 aux Etats-Unis, comme ça, pour des vacances. Et comme souvent avant d’être vraiment en vacances, je n’imaginais pas qu’une fois loin du boulot je n’aurais plus envie d’approcher une bibliothèque à moins de 100 mètres. J’avais beau être bibliodéconnectée une fois sur place, j’avais pris rendez-vous, je ne pouvais plus me désister. D’où le bibliotourisme à Chicago.

Sommaire :
  1. L’annuaire international des bibliothécaires couch-surfers
  2. La BU santé de l’Université de l’Illinois : une bib lambda
  3. Rencontre avec une liaison subject reference faculty embedded librarian (what???)
  4. Etre « super bibliothécaire liaison » ou carrément « bibliothécaire intégré(e) »
  5. Références bibliographiques à creuser
  6. En savoir plus sur Chicago : culture et architecture

Lire la suite

Concours bibliothécaire interne 2015 : jamais 2 sans 3

Zombies / Sr. X (CC BY-NC-ND), via Flickr

Zombies / Sr. X (CC BY-NC-ND), via Flickr

Hum, cette envie de se rouler en boule sous la couette en sortant de l’épreuve…
Pourtant j’avais le moral remonté à bloc en me rendant au centre d’examen hier matin. Les amis m’avaient prodigué de bons conseils « feel good », et, surtout, j’avais pu la veille faire la grasse mat’, à l’issue de laquelle on (soit-il béni sur 12 générations) m’avait apporté un petit déj’ au lit.
Cela vaut toujours le coup de s’accorder du temps la veille d’un concours pour avoir la patate le jour J.
J’étais en forme, donc, ce qui est toujours une bonne chose, mais ça ne m’a pas empêchée de sortir lessivée de l’épreuve.

Il faut dire que le sujet de l’étude de cas du concours interne de bibliothécaire d’État avait de quoi inspirer et motiver !

C’est parti, Kiki. Lire la suite