L’usage roi #2 : l’UBCM chez Wiley

Pour poursuivre une série initiée avec le billet Apprendre à lâcher prise qui décrivait les modèles et focalisait plus spécifiquement sur l’offre Dawsonera, intéressons-nous à l’offre Wiley.

Destinés à un public plus initié (langue anglaise, niveau 3ème cycle et recherche, à dominante santé, sciences et techniques), les ebooks de l’éditeur Wiley sont également proposés sous forme d’acquisition basée sur l’usage. Wiley appelle ce modèle « UBCM », soit « Usage-Based Collection Management ».
Il s’agit là d’un modèle type très-long-test : j’engage un montant qui me permet pendant 6 mois à 1 an de profiter de l’intégralité d’une collection en ligne. Au bout de ce laps de temps je peux me baser sur les statistiques d’usage pour développer ma connaissance des besoins de mon public dans la discipline concernée et choisir ce que je conserve de façon pérenne pour l’équivalent de ma mise de départ.

A noter que les établissements dotés d’une faculté de médecine peuvent actuellement bénéficier de l’UBCM contracté par la BIU Santé au titre des Collections d’Excellence (Collex) en Médecine, Odontologie et Cosmétologie.

En résumé

Infographie UBCM Wiley

Petite parenthèse signalement

En raison de son caractère éphémère nous avons choisi de ne pas signaler les ouvrages ouverts par le Collex au Sudoc, mais nous l’avons fait dans notre outil de découverte (EDS chez Ebsco). L’occasion pour moi de découvrir les uploads de fichiers pour sélectionner dans le gros package Wiley Online Library Books les 913 livres Collex qui s’ajoutent ou se superposent aux livres que nous avions déjà acquis chez Wiley.

Plus d’infos

Couperin. « Liste des négociations : Wiley-Blackwell – ebooks ». couperin.org, 24 octobre 2016. http://www.couperin.org/negociations/liste-des-negociations/item/566-wiley-blackwell-e-books.
Fountain, Kathi. « Using an Evidence-Based Approach to e-book Acquisitions | Wiley ». Wiley exchanges, 8 septembre 2016. https://hub.wiley.com/community/exchanges/discover/blog/2016/09/07/using-an-evidence-based-approach-to-e-book-acquisitions.
Violet, Thomas. « Achat d’ebooks Wiley – Collex 2016 ». Le blog actualités de la BIU Santé, 4 janvier 2017. http://www2.biusante.parisdescartes.fr/wordpress/index.php/achat-ebooks-wiley-collex-2016/.

Apprendre à lâcher prise : le PDA / l’ADL

Ça y est, c’est décidé, on va faire un PDA. Enfin un ADL. Ou un EBS.

Pour ceux qui ne voient pas du tout de quoi il s’agit, nous parlons de modèles d’acquisitions d’e-books qui consistent non plus à confier au/à la seul-e bibliothécaire la sélection en amont d’ouvrages qu’il/elle juge pertinents pour son public, mais à partir des usages réels d’une vaste offre documentaire pour enrichir sa propre collection.
Dans le cas le plus rassurant, on laisse les gens consulter plein de livres et on décide à la fin lesquels on garde. Dans le cas le plus rock’n roll, on fait un chèque en blanc aux utilisateurs, ils achètent ce qu’ils veulent et on part à la plage on peut se consacrer à faire de la médiation, des expériences UX, etc.

Apparemment on n’est pas encore nombreux à expérimenter ces modèles en France, autant partager l’expérience.

On a donc voulu commencer par comprendre dans quoi on allait s’embarquer.
On peut s’informer chez Couperin avec la page décrivant l’offre de livres électroniques ou la typologie des offres e-books 2016, et avec l’article Bibliopédia « Acquisitions basées sur l’usage » (mais c’est moi qui l’ai rédigé, pour l’instant on tourne en rond – j’attends impatiemment que d’autres contribuent !).

Un peu de vocabulaire :

  • PDA : Patron Driven Acquisition, que Dawson appelle ADL, Acquisition Dirigée par le Lecteur. Grosso modo on a déjà réglé l’ardoise et on invite toute notre communauté universitaire sur une plateforme d’e-books en mode open bar.
  • EBS : Evidence Based Selection. Grosso modo on ouvre un méga géant test d’un an sur une grosse collection d’e-books et à la fin on regarde ce qui a été le plus consulté pour ne garder de façon pérenne que les titres les plus pertinents pour notre public, en fonction de l’usage qu’ils en auront fait.

Et pour pouvoir en discuter avec les responsables documentaires au SCD, j’ai fait des posters qui résument le fonctionnement de différentes offres existantes, à commencer par celle de Dawsonera (une rock’n roll)  :

dawsonera-adl_infographieEt chez vous, déjà tenté ? Des projets ? Une réflexion en cours ?

 

 

Projet grainothèque aka Le plan lose

Dans la catégorie « idée pour diversifier son offre et se rapprocher de son public », je vous présente le projet « grainothèque ».

Sommaire
  1. Projet « grainothèque » : l’occasion pour la BU Sciences de travailler avec la faculté
  2. La démarche : objectifs et modalités
  3. Un flop instructif
  4. Une expérience somme toute positive
  5. Autres exemples de collaboration avec enseignants/étudiants/autres services
    1. Confier l’analyse d’un segment de collection à des étudiants de Master documentation
    2. Développer une appli pour la BU avec des étudiants en informatique
    3. Accueillir et/ou co-organiser un événement conçu par des enseignants

Lire la suite

Chicago et la bibliothécaire « intégrée »

Chicago vue du ciel, par E. Liard (CC BY)

Chicago vue du ciel

Aventurière de l’extrême, je me suis rendue en mai 2013 aux Etats-Unis, comme ça, pour des vacances. Et comme souvent avant d’être vraiment en vacances, je n’imaginais pas qu’une fois loin du boulot je n’aurais plus envie d’approcher une bibliothèque à moins de 100 mètres. J’avais beau être bibliodéconnectée une fois sur place, j’avais pris rendez-vous, je ne pouvais plus me désister. D’où le bibliotourisme à Chicago.

Sommaire :
  1. L’annuaire international des bibliothécaires couch-surfers
  2. La BU santé de l’Université de l’Illinois : une bib lambda
  3. Rencontre avec une liaison subject reference faculty embedded librarian (what???)
  4. Etre « super bibliothécaire liaison » ou carrément « bibliothécaire intégré(e) »
  5. Références bibliographiques à creuser
  6. En savoir plus sur Chicago : culture et architecture

Lire la suite

L’acquéreur et la tarte aux concombres

Cucumber skies par Olivier Deveault, via Flickr (CC BY-NC-ND)

Cucumber skies par Olivier Deveault, via Flickr (CC BY-NC-ND)

On aime bien satisfaire nos usagers. Limite c’est notre raison d’être.
Quand on est acquéreur, on guette tout indice qui pourrait orienter les achats.
Je fourre mon nez dans les stats régulièrement (via Infoview et Business Object, chez nous) pour repérer les best-sellers de prêt et de réservation.
Pour ces mêmes best-sellers, je scrute les sites d’éditeurs pour voir si une nouvelle édition n’est pas à paraître, voire je contacte l’éditeur pour savoir s’il n’a pas une réédition sous le coude (sachez, collègues acquéreurs en Sciences de la vie, que Belin hésite à rééditer sa Classification phylogénétique du vivant. Du coup moi j’hésite à racheter un 12ème exemplaire de ce titre, même s’il est très emprunté).
Je me jette comme une assoiffée sur le cahier de suggestions à l’accueil et je me languis des rares mails issus du formulaire de suggestion en ligne.
J’intercepte tout étudiant que je vois se balader avec une bibliographie dans mon rayon.
J’écris aux enseignants pour mendier des recommandations. Lire la suite