Concours bibliothécaire interne 2015 : jamais 2 sans 3

Zombies / Sr. X (CC BY-NC-ND), via Flickr

Zombies / Sr. X (CC BY-NC-ND), via Flickr

Hum, cette envie de se rouler en boule sous la couette en sortant de l’épreuve…
Pourtant j’avais le moral remonté à bloc en me rendant au centre d’examen hier matin. Les amis m’avaient prodigué de bons conseils « feel good », et, surtout, j’avais pu la veille faire la grasse mat’, à l’issue de laquelle on (soit-il béni sur 12 générations) m’avait apporté un petit déj’ au lit.
Cela vaut toujours le coup de s’accorder du temps la veille d’un concours pour avoir la patate le jour J.
J’étais en forme, donc, ce qui est toujours une bonne chose, mais ça ne m’a pas empêchée de sortir lessivée de l’épreuve.

Il faut dire que le sujet de l’étude de cas du concours interne de bibliothécaire d’État avait de quoi inspirer et motiver !

C’est parti, Kiki.

Étude de cas
portant sur les aspects de la gestion d’une bibliothèque ou d’un réseau documentaire

Durée : 4h

La direction du Service Commun de Documentation, dans le cadre de ses missions de service public et d’une réflexion plus générale menée au niveau de l’Université, repense l’accueil de ses publics en situation de handicap.

En tant que bibliothécaire responsable de la cellule handicap au sein du SCD, vous vous appuierez sur le dossier joint pour rédiger à l’attention de la direction une note relative à la méthode, aux moyens et aux actions à mettre en œuvre pour la mise en accessibilité des collections et services de l’établissement.

Handicap Stairs? / Josh Hallett (CC BY), via Flickr

Handicap Stairs? / Josh Hallett (CC BY), via Flickr

Dossier joint (12 pages) :

Figurez-vous que je découvre en tapant qu’il y avait un document 6. Je l’ai zappé. Complètement. Je le découvre. Enfin je le découvre, c’est vite dit, je vais plutôt continuer à siroter mon russe blanc et m’empresser de continuer à oublier qu’il existe.

Ce que j’ai découvert en retournant ma copie, sinon, c’est l’accueil du public en situation de handicap.

Braille / Ralph Aichinger (CC BY), via Flickr

Braille / Ralph Aichinger (CC BY), via Flickr

J’étais sensibilisée à la question, il m’arrive de me dire « est-ce que les malvoyants arrivent à utiliser notre site/catalogue ? » ou « devrait-on remplacer nos étagères hautes par des meubles bas pour rendre les livres accessibles aux personnes en fauteuil roulant ? ». Mais j’avoue ne pas avoir creusé plus que ça la question.
Ma BU est de plein-pied, il y a pas mal d’espace pour circuler, on voit des étudiants en fauteuil qui la fréquentent et ils semblent y trouver leur compte.
J’ai vu passer des tas de tweets récemment concernant le handicap et les solutions à proposer en bibliothèque. Nous avons un max de retard sur les BM à ce sujet, mais on sent que les BU commencent sérieusement à s’y intéresser.
Ô surprise, je n’ai pas pris le temps de lire les articles cités dans les tweets.
Donc bon, voilà, j’arrivais quasi vierge devant le sujet.

Notons que ce sujet a fait l’objet d’un devoir blanc dans la prépa concours des CRFCB cette année. Autant dire qu’un paquet de gens ont eu l’occasion de plancher dessus ces derniers mois et d’étudier le sujet de près.
Je me dis que ça peut être un avantage (confiance en soi, exemples en tête, plan déjà étudié) mais aussi un inconvénient (risque de manque d’originalité des copies, voire de hors sujet puisque le sujet de la prépa tournait autour de travaux de réhabilitation du bâtiment).
On se rassure comme on peu.

Soyons réalistes, la concision n’est pas mon truc. Déjà en 6ème je lisais des dissertations de 12 pages à toute la classe, avec des histoires de vampires, de manoirs hantés et de chevaux ailés. Jusqu’à ce que la prof (comme la classe) n’en puisse plus : finies les invitations à lire nos œuvres devant les autres (je ne me souviens pas qu’il y ait eu d’autre volontaire, cela dit).
J’ai donc réussi à écrire des tartines sur un sujet dont je ne savais quasi rien (sans pour autant mentionner le moindre vampire ou cheval ailé). Et je ne vois pourtant pas ce que j’aurais pu ôter de ma copie qui ne méritait d’y figurer. Pire, je ne me dépars pas de l’impression qu’il y manque un tas de choses…
Si ça ne passe pas cette année, ma foi je jetterai l’éponge. Ou je me réinscrirai à la prépa MCO pour tenter de dompter le naturel, parce que spontanément, non, je ne sais pas faire un truc synthétique.

Self portrait - Ticking away /  MattysFlicks (CC BY), via Flickr

Self portrait – Ticking away / MattysFlicks
(CC BY), via Flickr

La dure gestion du temps :
surtout, surtout, gardez 10-15 mn avant la fin de l’épreuve pour vous relire! Les rapports de jury sont formels : on peut perdre jusqu’à 2 points si on laisse traîner trop de fautes d’orthographe ou d’accord. Rester maître de son écriture aussi, on perdra des points si elle devient difficile à déchiffrer.

Concentration :
J’avais oublié les bouchons d’oreille dans mon panier-concours, ce qui peut pourtant s’avérer utile. J’ai failli assommer à coups de règle mon voisin de droite qui débouchait/rebouchait son Stabylo à chaque coup de feutre, à grand renfort de CLIC CLIC CLIC CLIC.
Mon voisin de devant aussi à failli y passer : on m’avait installée à côté du radiateur, je commençais déjà à crever de chaud (je n’ai pas eu besoin du pull et des mitaines que je m’étais prévus en cas de salle mal chauffée) et le voilà qui se met à augmenter le thermostat (on l’avait placé, lui, près du robinet).
Je suis tendue, en début d’épreuve. Mais une fois le nez dedans, zou, je n’ai quasi plus relevé le nez jusqu’à la fin. 4h, ça passe vite, très vite.

Des journées d’étude et formations à venir concernant le handicap et les bibliothèques :

Côté CRFCB :

A consulter dans la bibliothèque numérique de l’ENSSIB :

Les résultats de l’admissibilité devraient tomber comme d’habitude début avril. [Edit 19/02/15 : Je sors ma boule de cristal pour prédire une barre d’admissibilité à 14,5.] [Edit 10/04/2015 : j’étais pas loin, a priori la barre d’admissibilité est à 14,2 cette année.]
Un grand merci pour les mots d’encouragement reçus et une pensée chaleureuse pour tous ceux qui, comme moi, ont planché hier sur ce concours ou un autre. N’hésitez pas à partager en commentaire vos impressions !

Advertisements

4 réflexions sur “Concours bibliothécaire interne 2015 : jamais 2 sans 3

  1. Merci Emilie de prendre le temps de ce bilan post-concours. Je tchin avec mon Ti’ punch 😉

    Cette année je me suis présentée sans préparation particulière et encore plus décontractée que les deux années précédentes. J’avoue être un peu fatiguée des concours et du côté chronophage de la préparation et du stress de la mise en condition.
    Bref, contrairement à toi, je n’ai pas révisé à part ma veille habituelle (et oui, j’ai vu passer des articles sur le handicap sans les lire attentivement), pas fait de grâce matinée la veille (j’avais envie de participer à la journée ADBU/ABES sur l’avenir du catalogage. Paris BULAC) ni eu de petit dej’ au lit. Je ne suis pas passée par la case départ et je n’ai pas touché etc. Résultat : arrivée à 8h45 sur les lieux des écrits, les yeux en bas des joues mais toujours heureuse de vivre et de voir clair la fille.
    Comme d’habitude j’avais pris mon petit sac congélo avec les outils autorisés (crayons, feutres, mouchoirs, etc.) car les années précédentes les surveillants ne voulaient pas voir de trousses sur les tables (ou devrais-je dire les guéridons ! Quand il faut jongler avec un dossier de docs sur une table minuscule il faut être médium télékinésiste). Cette année les surveillants étaient différents et souriants, ils n’ont rien dits pour les trousses. Par contre il n’y avait toujours pas d’horloge dans la salle donc il fallait penser à se munir d’une montre ou d’un réveil car les téléphones devaient être éteints.
    Le sujet m’a semblé classique, intéressant et le dossier plutôt équilibré, j’ai donc « accroché », tant mieux parce que 2 heures avant de pouvoir sortir, c’est long. J’ai bien vu le 6e document car les surveillants ont insisté pour que les candidats comptent bien les pages (et puis je me suis fait avoir une fois, au bac, ça m’a traumatisé je pense). Contrairement à toi (encore) j’ai tendance à trop synthétiser. J’ai écrit 5 pages avec ma plus belle plume (ou presque),ma graphie étant un peu rouillée par manque d’entrainement, mon écriture n’est pas forcément jolie jolie (Là, je demande pardon à mon correcteur 0:-) ). Je pense aussi que ce type d’exercice ne m’amuse plus du tout alors j’ai du mal à y mettre de la conviction et à développer mes idées. Par contre, pas de soucis pour la gestion du temps : 1h30 environ pour lire les docs et dégager les idées principales + 45 minutes pour le plan détaillé (on va dire) + 1h30 environ pour la rédaction.
    Je me dis simplement que ça peut passer ou non, mais que si ça passe il me faudra un autre Ti’ punch, et puis un autre, et puis… ;-p

    J'aime

    • Merci pour ce retour!
      J’ai dit avoir révisé, moi? ^_^’ Ou alors je suis en révision permanente sans plus m’en rendre compte, en fait.
      Comme toi, je me contente essentiellement d’une veille active, mais j’avais tout de même relu des fiches de méthodologie pour avoir en tête le temps à consacrer à chaque étape : j’étais de mon côté déterminée à commencer la rédaction à 11h, soit 2h après le début de l’épreuve, en me gardant 10 mn de relecture (je n’ai pas réussi à garder ces 10 mn).
      Soit en gros : 1h sur le sujet et les docs (ça expliquerait le zappage du n°6!) / 1h sur l’intro et le plan détaillé / 1h45 de rédaction / 15 mn de relecture.
      Et heureusement que l’horloge marchait dans ma salle, les surveillants n’auraient peut-être pas apprécié le réveil que j’avais trouvé en back-up…

      J'aime

      • 😉 En tout cas tu donnais l’impression d’être studieuse via Twitter et puis je n’ai même pas ouvert de fiche méthodo… donc, oui tu as révisé.

        J'aime

  2. Pingback: Concours bibliothécaire | Pearltrees

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s