RIMMFons gaiement

By Razvan Orendovici from United States (Pattee Library Catalogs) [CC BY 2.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/2.0)], via Wikimedia Commons

By Razvan Orendovici from United States (Pattee Library Catalogs) [CC BY 2.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/2.0)%5D, via Wikimedia Commons

Le RIMMF est top tendance outre-Atlantique et le devient outre-Manche. Mais qu’est-ce que c’est donc que ce truc?
RIMMF veut dire « RDA in Many Metadata Formats », ce que je traduirais par « RDA dans de multiples formats de métadonnées ».
Le RIMMF est en fait une application qui permet de s’entraîner au catalogage en RDA, et donc à la manipulation du modèle FRBR, sans être assujetti au format MARC. Cerise sur le gâteau, il permet une visualisation de ces données de catalogage dans un contexte web de données. Autrement dit, avec le RIMMF on va créer des données ET chercher à les intégrer dans un environnement Web plus large.

Si on en croit de nombreux retours de stagiaires, les formations dispensées en France dans le cadre du groupe national pour la transition bibliographique sont souvent jugées trop théoriques. Il faudrait pouvoir pratiquer pour comprendre.
Devrions-nous RIMMFer nous aussi ?

J’ai voulu tester l’outil pour voir s’il valait le coup de s’y intéresser plus sérieusement et si nous pourrions nous en servir dans le cadre d’ateliers en France, avec l’idée que ça pourrait être utile pour bien comprendre le modèle FRBR, la structure du code de catalogage RDA, et le lien avec le web de données.
Même si, rappelons-le, nous avons préféré en France une transition bibliographique douce à un changement radical pour RDA.

Au sommaire :

  1. Eléments de vocabulaire pour comprendre le RIMMF
  2. De quoi a-t-on besoin pour RIMMFer aujourd’hui ?
  3. Test rapide
  4. Utiliser le RIMMF en France ?
    1. Peut-on dupliquer le RIMMF pour en faire une version française ?
    2. Peut-on utiliser le RIMMF si on n’a pas accès au RDA Toolkit ?
    3. Organiser un French Jane-athon ?
  5. Conclusion
  6. Sources

Lire la suite

Publicités

De WinIBW à Sudoc2 : que retenir du « J’aime/j’aime pas dans WinIBW » ?

Like & Dislike Stamps 4 par Steel Wool, via Flikr (CC BY-NC-ND)

Like & Dislike Stamps 4 par Steel Wool (CC BY-NC-ND), via Flickr

Au mois de mars dernier, en plein travail sur le catalogage et la production de métadonnées dans le futur SGBm, j’ai sollicité le réseau de catalogueurs sur ce blog et via un message Sucat en posant une question simple :
qu’est-ce que vous aimez / n’aimez pas  dans l’outil actuel de catalogage WinIBW et qu’aimeriez-vous de plus dans un futur outil ?

J’avais regroupé les réponses au fur et à mesure dans un tableau mais je n’avais pas jusqu’à maintenant rédigé de synthèse des commentaires. C’est l’objet de ce nouveau billet.

1194989019702707184british_flag_felipescu_01r.svg.thumb
For English-speakers crazy enough to want to read these all-in-French posts : a little explanation in English about the context.

Sommaire :

  1. Entre le sondage et la synthèse, il s’est passé des trucs dans le réseau ?
  2. A quoi la synthèse va-t-elle servir maintenant ?
  3. Méthodologie
    1. Les contributions
    2. Le périmètre du sondage
    3. Le tableau synthétique
  4. Ce qui ressort des commentaires
    1. Plébiscite pour le réseau national et le travail collaboratif
    2. La qualité, un sujet qui fâche
    3. Pour le guide méthodologique, hip hip hip, hourra!
    4. WinIBW : moche, complexe, mais performant
    5. « MARC must die » ?
    6. Problèmes techniques et bug de la ligne 16 – une légende urbaine pour faire trembler les catalogueurs ?
  5. D’autres perspectives sur le catalogage

Lire la suite