J’ai testé pour vous : l’examen professionnel d’avancement au grade de BIBAS classe exceptionnelle

Cadre législatif :
Arrêté du 1er février 2012 fixant les modalités d’organisation, le programme et la nature des épreuves des examens professionnels pour l’avancement au grade de bibliothécaire assistant spécialisé de classe supérieure et au grade de bibliothécaire assistant spécialisé de classe exceptionnelle

Extrait : L’examen professionnel de bibliothécaire assistant spécialisé de classe exceptionnelle comporte une épreuve écrite d’admissibilité et une épreuve orale d’admission. […] L’épreuve d’admissibilité consiste en une épreuve de cas pratique avec une mise en situation à partir d’un dossier remis au candidat portant sur l’information bibliographique, sa structure et ses modalités d’accès ou sur l’organisation des services de documentation et des réseaux documentaires. Le dossier peut être assorti de plusieurs questions destinées à mettre le candidat en situation de travail (durée : trois heures ; coefficient : 2).

Session de septembre 2012
Epreuve de cas pratique

Sujet :
Vous êtes en poste dans une bibliothèque dont l’extension des horaires d’ouverture a été décidée ; entre autres missions, vous participez à l’accueil du public.

A l’aide des trois documents ci-après :
Quels sont les principaux enjeux d’une extension d’horaires d’ouverture en bibliothèque ?
Quelles sont les contraintes à prendre en compte de manière à assurer la réussite d’un tel projet ?
Quelle peut être en pratique votre contribution au projet ?


Les documents :
Document n°1 : Temps des villes : rapport de Monsieur Edmond Hervé, Député-Maire de Nantes, 2001 (extraits)

Document n°2 : Conclusion du rapport de l’inspection générale des bibliothèques : L’extension des horaires d’ouverture des bibliothèques : progrès et obstacles (2012)

Document n° 3 : Sondage sur les horaires d’ouverture, service interuniversitaire de coopération documentaire de l’université de Grenoble 2

[ndlr : un camembert nous apprend qu’à Grenoble, on préfère une ouverture 8h-21h30 du lundi au jeudi, 8h-19h vendredi et 9h-16h le samedi à une ouverture 8h-22h du lundi au jeudi, 8h-17h le vendredi, 9h-16h le samedi. Autrement dit, on n’apprend pas grand chose. Et un autre camembert nous apprend que la plupart des répondants fréquentent la bibliothèque une fois par semaine ou plus. OK, pas grand chose là non plus, je trouve]

Commentaires persos :

Strolling reindeer. By Alexandre Buisse (Nattfodd) [GFDL or CC-BY-SA-3.0-2.5-2.0-1.0 ], via Wikimedia Commons

Alors déjà, je veux pas être tatillonne, mais à en croire son rapport publié sur le site de la Documentation Française, M. Edmond Hervé c’est Rennes, pas Nantes.
Les extraits qu’on nous avait fourni correspondent à des morceaux de ses paragraphes II.3, IV.5, IV.5.a, IV.5.f.1

Le côté pratique et mise en situation de la chose. Comment dire? Très très léger…

On sait qu’on travaille dans une bibliothèque et qu’on participe à l’accueil du public. Scoop. Quel genre de bibliothèque? Mystère.
L’extension des horaires d’ouverture a été décidée. On n’a donc pas besoin de nous pour argumenter en faveur ou contre cette décision.

On nous demande à l’aide des 3 documents… On nous demande quelque chose de concret? Y’a-t-il une commande dans ce sujet? Ah oui, notre contribution à ce projet. Mais à qui adresse-t-on nos propositions?

Fischerboot. By Re-Zensor (Own work) [Public domain], via Wikimedia Commons

J’avoue que ça m’a laissée un peu perplexe sur la méthodologie à adopter. Fallait-il répondre aux trois questions dans l’ordre, c’est ça qu’on nous demandait? Sinon pourquoi insister sur les enjeux, puisque la décision a déjà été prise?
Seule la 3ème question personnalise le cas, mais du coup, bon, en méthodologie on m’a appris à ne pas dire “je” alors jongler avec “en tant que BIBAS, nous…” bof bof, pas super à l’aise dans mes charentaises.
Et avec un sujet pareil, gros dilemme. Le jury a l’air de nous prendre pour des buses avec un thème bateau, des documents qui donnent quasi tous les arguments. Doit-on tenter quelque chose d’original en réponse?
Les deux premières questions ressemblaient furieusement à des sujets de dissertation. Et, euh… J’ai fait une dissertation. Ma copine qui m’a préparée à l’exam va me flinguer.

By User:Keith Edkins (Own work) GFDL or CC-BY-SA-3.0, via Wikimedia Commons

Une dissert’ avec un plan super original. Genre L’extension des horaires d’ouverture en bibliothèques : enjeux, contraintes, application. Super. Avec une intro bateau et une conclusion encore plus bateau. Bref, je suis une buse.

Les deux premiers documents contenant essentiellement des argument en faveur de l’extension des horaires d’ouverture, et comment c’est indispensable pour répondre aux besoins du public, et qu’il faut suivre son rythme à lui et faire le deuil de nos horaires de bureau, j’en ai conclu assez rapidement que cet examen n’était qu’un prétexte à faire de la propagande et convaincre un cartel potentiel de 600 agents de bibliothèque de la nécessité de l’extension des horaires d’ouverture, et que ça sert à rien de râler si on nous demande de bosser le soir ou le dimanche, puisque c’est POUR LE BIEN COMMUN. Les extraits choisis dans le rapport Hervé fleuraient bon la leçon de morale.
[Précision : je suis favorable à l’extension pertinente des horaires d’ouverture. Je veux bien travailler plus tard le soir pour le bien des étudiants si c’est ce dont ils ont besoin pour réussir leurs études. Le dimanche, je suis moins emballée, j’avoue, mais si c’est vraiment ce jour-là que les étudiants et les chercheurs de mon université travaillent, je veux bien en discuter. Et surtout, surtout, je n’ai pas attendu l’examen professionnel d’avancement de blablabla pour y réfléchir.]

Groseilles rouges. By Dinkum (Own work) [CC0], via Wikimedia Commons

Bon et puis le rapport dIGB propose parmi les “voies à explorer” une “externalisation de certaines tâches” et là, je vois très bien où tu veux en venir, Monsieur l’IGB, et autant je veux bien bosser un dimanche de temps en temps, autant externaliser-certaines-tâches-je-vois-où-tu-veux-en-venir, c’est “over my dead body”. Où alors tu me promeus bib ou cons, et là je m’en foutrai comme tout le monde.

Je m’aperçois évidemment que j’ai oublié plein de choses, parce qu’il y avait tellement à dire! Mais j’en ai déjà fait 6 pages, en 3h, plus ça n’aurait pas été raisonnable, hein?
Parce que je pêche aussi côté paillettes “étale ce que tu sais” (comme la culture et la confiture, tout ça). J’ai parlé de Libqual, d’Ubib, du learning center, des NoctamBU
Mais est-ce que j’ai prouvé que j’étais compétente dans mon travail quotidien ? Noup noup noup.

Et surtout, surtout, avec un tout petit peu de recul, je crois qu’il eut fallu se concentrer sur la question n°3 uniquement, et au fur et à mesure des propositions de contribution au projet, égrainer en quoi elles répondaient aux enjeux et tenaient compte des contraintes.

N’empêche, c’est rien que des fourbes, ils auraient pu rédiger le sujet autrement : Quelle peut être en pratique votre contribution au projet ? Vous n’oublierez pas de rappeler les enjeux et contraintes afférentes à l’extension des horaires d’ouverture.

Il y a peut-être une centaine de candidats exceptionnels qui auront vu ça à temps et qui seront admissibles pour l’oral! ^_^’

Dialogue bonus inventé de toute pièce

Il y a quelques mois, quelque part en France (assez probablement à Paris) :
– Bon, on a 2h pour trouver un sujet pour le nouveau concours examen professionnel d’avancement des BIBAS en classe exceptionnelle. Des idées?
– hu hu hu
– quoi?
– nan c’est “BIBAS”, je peux pas m’empêcher de… hu hu hu
– bon, ça va hein, reprenons. Je dis qu’on n’a qu’à leur faire un truc sur l’extension des horaires d’ouverture
– hein, encore?
– tu as mieux? Et puis c’est l’occasion idéale de les conditionner psychologiquement à faire le deuil de leurs horaires de bureau, on y viendra forcément tôt ou tard
– ah, pas con, en fait. Mais il faut que ce soit un cas pratique, il va falloir se creuser pour proposer une mise en situation crédible!
– penses-tu, regarde, on met “vous travaillez en bibliothèque et vous accueillez du public”, et la voilà, ta situation!
– euh, c’est pas un peu léger? Et si les candidats se positionnent contre l’élargissement des horaires, on aura l’air malin!
– on n’a qu’à préciser que la décision est déjà prise, point, on leur demande par leur avis là-dessus
– ouah, c’est rusé. Mais le côté pratique, là-dedans?
– hummmm. On leur demande leur contribution perso au projet, comme ça ils vont passer 3h à s’auto-convaincre de la nécessité de bosser soirs et week-ends en bibliothèque!
– … du pur génie, adjugé vendu.

Bonus courte vidéo

Et bonus soundtrack qui-va-bien-avec
]

Publicités

6 réflexions sur “J’ai testé pour vous : l’examen professionnel d’avancement au grade de BIBAS classe exceptionnelle

  1. J’ai eu les mêmes impressions que toi, sujet ultra bateau et hyper baclé par les mb du jury, se sont téléphonés un soir vers 23h « alors on fait quoi pour le sujet classe except »?
    J’ai eu la sensation qu’on me chiait dessus et que je devais encore merci.
    C.G. Strasbourg

    J'aime

  2. Point de détail : c’est vrai que pour éviter la boulette et rendre à Edmond Hervé sa mairie, c’était assez compliqué, il fallait faire une recherche dans Wikipédia, ce n’est pas donné à tout le monde ce savoir faire pointu 😉

    J'aime

  3. Pingback: La classe exceptionnelle : level 2 | LaFacette

  4. Pingback: Examen pro : l’oral | LaFacette

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s